Comment choisir un lapin ?

La plupart des lapins sont faciles à élever, ce n’est donc pas le critère de la difficulté ou de la facilité qui guidera le choix de l’espèce.

lapin

La place dont on dispose semble être un bon élément de choix, c’est la raison pour laquelle nous vous proposons trois groupes de races dont il faut savoir qu’ils correspondent à des normes établies par les éleveurs.

Les petites races. Ce sont les plus nombreuses, celles également où l’on rencontre les types les plus variés et les coloris les plus divers. Un lapin de petite race ne dépasse pas trois kilos.

L’alaska. Il est tout noir et son pelage a l’aspect luisant. Ses oreilles sont petites et son œil noisette foncé. Trapu, mais très vif, c’est un lapin très prolifique.

Le havane. D’une couleur uniforme, havane, il est très apprécié pour la finesse de son allure; son œil également havane lui donne un regard doux.

Le hollandais. Difficile à décrire: il peut être bleu, écaille, gris, brun foncé, havane, jaune-noir, encore qu’aucune de ces couleurs ne soit uniforme. Il porte des marques d’un blanc pur au museau, au cou, au poitrail et sur les pattes. Le plus connu est noir et blanc.

Le zibeline. Du brun de la zibeline, ce lapin a le poil doux et assez long avec le sous-poil chamois clair. Son grand œil au regard vif a des reflets feu.

Le polonais. Tout blanc, sa fourrure évoque l’hermine. Son poil est abondant et serré. C’est le plus petit des lapins et son poids excède rarement quinze cents grammes.

Très vif, il s’agite tout le temps et l’attraper est délicat.

Il se reproduit aussi facilement que les autres, la femelle est une bonne mère; les lapereaux, s’ils s’élèvent facilement, sont particulièrement frileux et sensibles à l’humidité.

Les argentés. Les coloris sont nombreux, mais ils ont cependant des points communs, à savoir le sous-poil rose, l’œil sombre et l’allure d’un petit animal ramassé sur lui-même. On peut citer :

  • le gris dont l’ensemble du pelage est ardoise et dont l’extrémité des poils est noire ou blanche;
  • le fauve dont l’ensemble du pelage est brun fauve et dont l’extrémité des poils est noire ou blanche;
  • le bleu dont l’ensemble du pelage est ardoise avec, ça et là, des poils argentés.

Le chinchilla. Sa couleur évoque celle du chinchilla sauvage, un camaïeu de gris. Le dos, les flancs, les pattes et les oreilles sont gris, le ventre est blanc avec ie sous-poil argenté, la queue a le dessous blanc et le dessus argenté; une tache blanche se remarque sur la nuque. C’est un lapin à l’allure très fine.

Le russe. Tout blanc, mais toutes les extrémités, oreilles, nez, pattes, queue sont noires-, l’œil est rouge, les oreilles, rapprochées l’une de l’autre, sont courtes et effilées; son allure générale est potelée.

Les races moyennes. Les lapins qui entrent dans cette catégorie ont une forme cylindrique comme le fauve de Bourgogne ou l’argenté de Champagne, ou une forme de mandoline comme le blanc de Vendée. Un lapin de race moyenne pèse entre trois kilos cinq cents et cinq kilos.

Le blanc de Vendée. Il est tout blanc; sa tête légèrement busquée porte deux oreilles droites, assez longues; ses yeux sont grands et roses. Le poil mi-long a un aspect brillant. C’est un lapin robuste, à la croupe arrondie.

Le blanc de Vienne. Tout blanc aux yeux bleus, il a le corps allongé, les oreilles droites et longues. Le poil, -assez court, a un aspect soyeux.

Le bleu de Vienne. Bleu foncé, son corps a une forme allongée et cylindrique; ses oreilles sont droites et longues; il a de grands yeux bleus.

Le bleu de Beveren. Il est bleu clair avec de grands yeux bleu foncé. Son allure est caractéristique, il est haut sur les pattes arrière, la croupe est particulièrement développée, ce qui lui donne une forme dite « mandoline ». Ses oreilles sont longues et étroites.

Le fauve de Bourgogne. Son pelage est fauve clair, mais son ventre peut être blanc. Ses grands yeux ont l’iris gris-marron et la pupille bleu foncé. D’allure massive, il porte des oreilles longues et fortes.

L’argenté de Champagne. Il est de couleur argentée, mais son sous-poil est ardoise. Sa tête assez forte porte des oreilles droites, courtes et larges, amincies aux extrémités. L’argenté de Champagne est très connu, c’est une des races les plus anciennes -. on le connaissait déjà au XVIIIe siècle.

Très résistant, il préfère le froid à la chaleur qui est néfaste à sa fourrure. Ses lapereaux naissent entièrement noirs et n’ont leur poil argenté qu’après le troisième mois.

Le hamster

Originaire d’Afrique, ce charmant petit rongeur ressemble à un campagnol champêtre qui aurait une queue courte, une robe tiquetée, semblable à celle du lièvre, et un poil doux.

Il se nourrit, comme un lapin ou un écureuil, de choux, de carottes, de fruits, pommes ou poires,- il aime également les graines de tournesol et boit de l’eau fraîche. Il mange dressé sur ses pattes arrière, se sert de ses pattes antérieures pour décortiquer la nourriture et fait des provisions dans ses joues.

Il s’accommode très bien de la captivité, mais ce n’est pas un animal de tout repos.- en effet, il vit la nuit et sa principale occupation consiste à aménager bruyamment sa maison, une caisse de 50 X 50 centimètres, dans laquelle vous aurez prévu pour lui du coton, du papier, des plumes et des morceaux de tissu. Fatigué par sa sarabande nocturne, il dort toute la journée.

Il ne vit que deux ans, environ.

Le cochon d’Inde ou cobaye

Il vient du Pérou. Trois fois plus gros que le hamster, c’est un rongeur dodu à la robe tricolore, le plus souvent blanc, acajou et noir. Il peut être également blanc avec des taches rousses de différents tons. Il se nourrit comme le hamster, se loge dans une caisse semblable, mais garnie de foin.

En revanche, il vit le jour et dort la nuit.

Son existence n’excède généralement pas cinq ans.

Le rex. On l’appelle couramment castorrex parce que son pelage évoque celui du castor. Ses poils courts sont en effet marron avec une bande plus foncée le long de la colonne vertébrale; le ventre est blanc; la tête, le cou, les oreilles, le tour des yeux est marron clair. Le sous-poil est bleuté. Ses oreilles longues sont pointues aux extrémités. D’allure râblée, sa croupe est légèrement arrondie. Les pattes arrière sont fortes et allongées, celles de devant sont fines et courtes.

A noter ; par croisements, différents types de rex ont été obtenus; rex gris, rex blanc, rex noir, rex bleu et rex havane. Tous ont un poil court et velouté.

Les grandes races. Ce ne sont pas les plus courantes, mais elles comptent des lapins très beaux et très spectaculaires. Leurs cases seront naturellement plus grandes que celles des autres lapins.

Le poids de ces lapins varie entre cinq kilos cinq cents et huit kilos; certains géants des Flandres peuvent même peser jusqu’à dix kilos.

Le géant des Flandres. C’est le plus grand de tous les lapins ; il peut atteindre cent dix centimètres de long de la pointe des oreilles à la queue. Les oreilles droites, fortes, larges, en forme de V ont souvent dix-huit centimètres de long. Il n’est pas rare que le poids du mâle dépasse six kilos et celui de la femelle huit kilos.

Sa couleur est brun-gris. Le cou est court. Chez le mâle, la tète est carrée, les yeux sont grands et brillants. Chez la femelle, la tête est allongée, les yeux sont doux.

Le géant blanc du Bouscat. Tout blanc aux yeux roses, c’est également un grand lapin, mais un peu moins que le précédent. Robuste, il a cependant une allure élégante. Ses pattes sont droites et fortes, sa queue est longue, elle atteint souvent douze centimètres, son poil est fin comme de la soie.

Il est indispensable que sa cage soit toujours très propre si l’on veut que sa robe blanche soit toujours absolument nette.

le bélier. Il peut avoir des couleurs différentes et conserver les mêmes caractéristiques. Il y a des béliers roux, noirs, blancs ou bleus, mais le plus souvent le bélier est gris acier.

Son allure, celle d’un grand lapin, est très particulière. De chaque côté de sa tête étroite et busquée pendent deux grandes oreilles qui touchent le sol ; elles peuvent atteindre trente centimètres pour une largeur de douze centimètres. Entraînée par le poids des oreilles, la tête est courbée en avant et donne au dos une allure voûtée.

Le papillon français. Il est blanc avec des taches noires sur l’arrière-train, les flancs, le bout du museau et les joues. Ces taches évoquent la forme des ailes d’un papillon. Noires également sont les oreilles droites en V, le tour des yeux et une raie dorsale de la nuque à la queue. Les pattes de derrière, très développées, donnent à l’arrière-train l’allure de celui du lièvre.

Le papillon français dont certains éleveurs ont prétendu qu’il était d’origine allemande est l’objet d’une sympathie qu’on lui a longtemps refusée. Cet engouement provient non seulement de sa beauté mais du fait que la lapine peut avoir de nombreux petits : dix à quatorze. Ne soyez pas étonnés si quelques lapereaux sont entièrement noirs, c’est un fait constaté dans de nombreuses portées.